Je vous raconte mon été 2022 de steward

Après 2 longues années de pandémie, le traffic aérien redécolle enfin. Entre retard, météo et passagers parfois stressés, je vous raconte mon été 2022 de steward qui marque un retour (presque) à la normale....



Des journées "comme avant" mais avec des retards et des annulations



hublot

Cet été 2022 a eu un goût de 2019 pour de nombreuses hôtesses de l'air et stewards qui volaient déjà avant le début de la pandémie de covid-19. Et je dois bien vous dire que c'était mon cas. Retour des passagers et des journées à rallonge, je dois vous avouer que ce fût un plaisir de retrouver le ciel comme avant malgré un travail à flux tendu. En effet, comme vous devez le savoir, le traffic a repris beaucoup plus vite que prévu, conduisant à un manque de personnel aussi bien dans les aéronefs que pour le personnel aéroportuaire ( agents de sûreté, check-in, etc... ). Résultat ? Quasiment pas une journée sans terminer en retard... De quelques minutes seulement à parfois plusieurs heures ! Forcément, cela entraine des répercussions sur l'ensemble des vols lorsque l'avion doit repartir plus tard dans la journée mais également lorsque, à cause d'un retard excessif, le repos minimal légal n'est plus là et qu'il faut modifier les plannings des PNC du jour au lendemain... Autant vous dire qu'il a fallu faire preuve de flexibilité.

Cet été a été également marqué par un nombre de vols annulés impressionnants comparé "à la normale". Comme je vous le disais avant, avec les retards, les équipages n'avaient pas assez de repos, ce qui entrainait mécaniquement une annulation des vols à venir. Évidemment, les annulations de cet été 2022 ne sont pas que de la faute des compagnies ! Pour ma part, j'ai eu ou vu des vols annulés car les contrôleurs aériens imposaient des restrictions au décollage qui rendaient alors impossible d'effectuer l'aller-retour sans prendre le risque de voir l'avion bloqué en escale et donc, avoir un avion en moins le lendemain, entrainant ainsi un effet domino....